Calendrier 2018
Salon d'art de Maron du 07 Avril 2018 au 08 Avril 2018
Salon d'art de Messein du 18 Mai 2018 au 21 Mai 2018
Concours de Messein le 20 Mai 2018
Concours de Maron le 24 Juin 2018
Concours de Neuves-Maisons le 07 Octobre 2018
Coup de balai chez les artistes du 15 Décembre 2018 au 16 Décembre 2018

Nos partenaires








Vous étes ici : Salons d'Art >> Les Invités d'Honneur

Jaime LIQUITO
Sculpteur

Né le 1 janvier 1945 à Vila de Punhe Viana do Castelo Portugal.
Arrivé à Paris en 1963, il fait divers métiers pour subsister. Début 1966 il rentre dans une grande fonderie d’Art de la région parisienne et commence l’apprentissage de la ciselure. Quelques années plus tard, il sera considéré comme un « maître ciseleur ». Son passage dans la fonderie d’Art lui permettra de côtoyer les plus grands artistes contemporains, comme Zadkine, César, Lobo, Louis Cane et bien d’autres.
En 1970, il travaille quelque temps chez Emile Gilioli, ce grand maître de la pierre qui travaillait le bronze avec les mêmes méthodes très élaborées, où il apprend le volume, le sens du mouvement, des lignes, le goût du beau et de la qualité.
Passionné de sculpture abstraite et encouragé par celui-ci, il poursuit ses premiers travaux.
Fin 1981 André Barelier remarquant la valeur de son travail, le fait exposer à la galerie Visconti. 1982 rencontre avec Dario Morales, grand peintre et sculpteur colombien hyperréaliste, d’où naîtra l’admiration et une grande amitié entre les deux hommes.
De 1982 à début 1988, et d’après son expérience obtenue sur ses bas-reliefs, il met en pratique des nouvelles couleurs de patine aux acides à chaud sur des natures mortes en bronze de Darlo.
En 1995, il rencontre Roberto Matta qui renforce sa conviction de la nécessité de continuer la recherche sur les nouvelles couleurs afin d’enrichir la palette de la patine sur le bronze.
Aujourd’hui Jaime Liquito en autodidacte, avec sa passion pour la sculpture, continue à développer ses formes épurées jusqu’à l’abstraction tout en évoquant la féminité par leurs rondeurs enveloppantes où s’accroche la lumière. Courbes infiniment ouvertes sur elles-mêmes où joue la qualité de la ciselure, du polissage et de la patine, vont jusqu’à rendre la surface sensuelle et frémissante comme un épiderme vivant.