Calendrier 2018
Salon d'art de Maron du 07 Avril 2018 au 08 Avril 2018
Salon d'art de Messein du 18 Mai 2018 au 21 Mai 2018
Concours de Messein le 20 Mai 2018
Concours de Maron le 24 Juin 2018
Concours de Neuves-Maisons le 07 Octobre 2018
Coup de balai chez les artistes du 15 Décembre 2018 au 16 Décembre 2018

Nos partenaires








Vous étes ici : Salons d'Art >> Les Invités d'Honneur

Carmelo DE LA PINTA
Peintre

Carmelo de la Pinta est né en 1950 à Monistrol sur Loire et grandit à Firminy , petite ville ouvrière du Massif Central . Son enfance ,il la vit telle une cliché de Robert Doisnos, à la fois heureuse , grise et colorée . Sa sensibilité se nourrissant des vacances en famille dans le pays de ses parents et de ses aïeux : L’Espagne, contraste d’un ailleurs picaresque , lumineux et d’un quotidien fait d’hivers rigoureux, où tres tôt il trouve refuge dans l’expression plastique.
Des cours de peinture dés l’âge de huit ans , puis diplômé de gravure de l’école des Beaux Arts de St Etienne où il sera l’élève du peintre graveur Weisbusch, le conduisent tout naturellement vers sa destinée.
Hanté par le désir d’autres horizons, il séjourne deux ans en Afrique, avant qu’un hasard nécessaire ne le conduise en Bretagne.
« Là j’ai eu le sentiment de trouver enfin mon univers, d’être en accord avec une terre de légendes propice au rêve et à la création.

Depuis 1980, Carmelo de la Pinta se consacre à la Gravure et au Dessin, alternant le Pastel et la Peinture. Pour nourrir son imaginaire, il n’hésite pas à prendre bagages et carnets. Allant glaner ses émotions dans les jardins de Grenade, sur les chemins de St Jacques , la forêt de Brocéliande, l’inde éternelle ou l’archipel des Philippines. Sans oublier ces moments magiques partagés parmi ses amis touaregs dans le désert nigérien.

Ses œuvres ont été présentées dans de nombreuses expositions, salons et biennales. A travers la France et dans beaucoup de pays étrangers tels que l’Allemagne, la Suisse , l’Espagne , la Belgique, la Pologne , la République Tchèque et l’Archipel des Philippines. Ses estampes et œuvres originales sont présentent dans de nombreuses galeries et ont fait la matière de plusieurs ouvrages « Celtiques » « Songes » « Le prince et le faucon »

Visionnaire On le dit peintre du Merveilleux.
En visionnaire-né, Carmelo de la pinta est à même de transcender l’ordinaire, ce qui l’amène à mettre autant de rêve dans la représentation d’une scène courante qu’en l’évocation des motifs fabuleux qui ont visiblement sa préférence Des enrichissements de l’aquatinte ils tire des effets qui concourent à l’établissement d’une atmosphère très particulière , celle d’un monde bien à lui. Assez surprenant chez un homme de sa génération et de son âge est son goût pour les entrelacs d’un style art nouveau et dont, dans certaines planches, il entoure le sujet principal, à la façon d’un Mucha.
Mystère et retenue caractérisent l’œuvre ensorcelante de cet amoureux de l’insaisissable ; Bien qu’intensément pensée, cette œuvre dont la prenante étrangeté ne souffre d’aucune fabrication n’a , Dieu merci, rien de littéraire. Elle exprime beaucoup de chose , certaines étant primordiales , mais sans toutefois jamais s’engager dans les sentes fatales qui partent du chemin dont il convient de ne point s’écarter si l’on tient à ne pas se perdre pour toujours.
Michel Ciry « La Passion de l’Amitié »

Images superbes d’un Orient de légende ou reconstitutions fascinantes d’un Moyen Âge rêvé :à travers ces deux thèmes, Carmelo de la Pinta nous ouvre les portes de son propre univers plastique. Marqué par l’œuvre de Gustave Moreau, Gustave Klimt et par les peintres anglais préraphaélites, l’artiste qualifie sa peinture de Symboliste

Graveur
« Le trait, la couleur, la sensibilité et l’idée. On le sait bien, en tout graveur sommeille un alchimiste : pointes, encres, ciseaux, résines, stylets, acides. Entamer le cuivre au burin , poursuivre la morsure, effleurer la plaque, mater le métal. Rentrer dans la matière d’une gravure, s’en imprégner ; oublier le concept pour ne garder que la sensation. Sensualité pure. Et la presse pour éprouver le bouffant du papier sous l’effort des bras. Revenir de la couleur éclatée vers l’image et sentir l’émotion toujours présente. Visiter alors toute l’œuvre , en profondeur . Aller chercher le geste derrière le trait , l’idée derrière le geste , l’élan derrière l’ idée , et se reconnaître encore ; dire que ce qui a été ainsi créé n’aurait pas pu l’être par un autre moyen »
Claudine Glot « Celtiques »
Imaginaire

Tout nous appartient qui peuple nos mondes intérieurs. Carmelo a simplement choisi de bâtir des chateaux- labyrinthes où l’on s’aventure au péril d’enchantements et de délicieuses frayeurs, des palais que l’on peuple à sa guise de princes et de faucons, de dames à conquérir par ruse ou par bravoure.
Pour parcourir le monde dans l’émerveillement, le tour opérator le plus discret et le moins dispendieux est celui de l’imagination : chevaucher le dragon des songes pour embellir nos jours, tel est le défi.
Hervé Glot « le Prince et le faucon »

Tout peintre se constitue prés des rives de son temps et reçoit les influences qui lui ressemblent.
Il ne devient artiste qu’ à la condition d’inventer un univers original et en évolution.
Bernard Louédin